AccueilCritiques rédigées par LL.

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par LL.

 

Kerosene (Rose)

note: 3Retour gagnant ! LL. - 27 décembre 2019

Elle a séduit le public en 2006, avec son tube "La liste"... Treize ans plus tard, la chanteuse Rose sort un nouvel opus doublé d'un livre où elle se confie sur ses excès et addictions : fêtes, alcool, cocaïne...
Entre balades et titres disco-pop, un album touchant et agréable où l'on retrouve avec plaisir la plume de l'artiste. De jolies douceurs sont à découvrir : "L"inconnue c'est moi", "Les hommes", ou encore "Les issues de ce corps".

Un amour impossible (Catherine Corsini)

note: 4Une rencontre inévitable... LL. - 11 décembre 2019

La réalisatrice Catherine Corsini adapte avec tact et brio le roman autobiographique de Christine Angot. Un beau film, à la fois dur et troublant, qui doit aussi beaucoup au jeu de ses acteurs. (Virginie Efira magistrale !)
Ce drame en trois actes émeut sans jamais tomber dans la caricature.

Nanaqui (Benoît Broyart)

note: 3Un artiste torturé LL. - 10 décembre 2019

Vous connaissez Antonin Artaud ? Poète, écrivain, dramaturge, figure du surréalisme… Il s’agit ici de découvrir l’homme derrière l’œuvre. Notamment, les traumatismes, les douleurs quotidiennes, les internements successifs et les addictions dont il a souffert. Le lecteur suit les tourments de ce solitaire qui marqua littérature, cinéma et théâtre. Benoît Broyart signe une évocation captivante d’un artiste à contre-courant et singulier.

Le loup (Jean-Marc Rochette)

note: 4Duel en haute montagne LL. - 26 novembre 2019

Après Ailefroide : altitude 3954 (dispo à la BAPSO), J-M Rochette célèbre une nouvelle fois la haute montagne. Ici, il questionne la cohabitation difficile mais nécessaire entre le berger et le loup.
L'homme a-t-il sa place face au règne animal ?
Prix Wolinski-Le Point 2019.

Tout ce qu'il me reste de la révolution (Judith Davis)

note: 4L'engagement politique au 21ème siècle LL. - 2 novembre 2019

Angèle, chômeuse trentenaire aux parents soixante-huitards se demande si ses idéaux sont compatibles avec la société française actuelle... Le premier long métrage de Judith Davis explore avec humour et intelligence le désarroi politique d'une génération de jeunes adultes. En bref, une belle comédie sociale et rageuse qui n’est pas sans rappeler le cinéma de Michel Leclerc (Le nom des gens, Télé gaucho).

Retour Haut